Alors qu’il habite encore à Fleury-les-Aubrais, André Lavrat fait partie du trio acrobatique Les Ludé’als (avec Lucien Delahaye et Albert Auger), puis de la troupe d’acrobates burlesques Les Déguys avec Guy Lacour (Guytoun). Après son mariage en 1945, André Lavrat vient habiter à l’Argonne et installer son atelier de tôlerie au 24 rue du Fil-Soie (au croisement de la rue Pierre et Marie-Curie et de l’avenue Marie Stuart en 2018). Il rencontre André Gascoin qui, au retour du STO, avait monté avec son frère Maurice un numéro de clowns musicaux (Les Goin-Cas) et de prestidigitation (le Professeur Rismo ou Rys-Mo). Ces derniers sévissaient dans diverses soirées, dont le Gala de l’Etoile de l’Argonne du 6 septembre 1947, organisé par le comité des Fêtes du Quartier Argonne au profit de l’arbre de Noël des enfants du quartier.

André Lavrat fait aussi la connaissance de jeunes doués pour l’acrobatie avec lesquels il monte le spectacle des sauteurs « marocains », Les Bagalas, qui égalaient alors les troupes nord-africaines. Vers 1948, un groupe de 8 jeunes du quartier (André Lavrat – tôlier, Lucien Blanc – typographe (Biquette), Pierre Brunet – maçon, Guy Lacour – mécanicien, Jean – plombier et Jacques – Menuisier – Bernardeau (Les Bidasses), Léon Bellanger – mécanicien, Renée Lavrat – postière) auxquels s’adjoignent les frères Gascoin décide de monter un cirque. Ils s’entrainent le soir dans l’atelier d’André Lavrat au 24 rue du Fil-Soie (rue Marie Curie en 2019).

Comparaison de la carte actuelle du quartier avec la carte IGN de 1950
Entrainement de la troupe à l’Argonne
Les Goin-Cass, Maurice et André Gascoin s’entrainent dans les vignes de l’Argonne

La plupart pratiquait déjà la gymnastique au Cercle Michelet, s’y rendant plusieurs fois par semaine à vélo pour s’entrainer aux Aydes, rue des Ecoles. Ils préparent ensuite des trapézistes et confectionnent un premier filet à travers duquel André Lavrat passe à deux reprises. Le second filet avec des nœuds trop gros occasionna quelques bleus et rompit également. Ils s’engagent ensuite sur un numéro de fil de fer aérien. Ainsi naquirent Les Eolas. Puis ils construisirent des cycles monoroues. Ils disposèrent ainsi de quoi réaliser un programme complet de cirque.

L’inauguration du cirque a eu lieu le 3 août 1950 rue de l’Argonne, sur un terrain vague où fut construite, plus tard, l’église Don Bosco, en présence de Pierre Chevallier, maire d’Orléans, avant une tournée dans les quartiers d’Orléans et dans le Loiret. Le prix des places est de 100 francs avec réduction à 50 francs pour les enfants et les militaires. Le cirque part ensuite sur les routes du Loiret : Orléans, Chécy, Jargeau, Châteauneuf, Saint-Benoît-sur-Loire, Les Aydes, Ingré, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Meung-sur-Loire, Beaugency, Artenay, Janville, Neuville-au-Bois…

Durant cette période, la troupe participe à de nombreux galas de bienfaisance, tel que celui de l’Etoile de l’Argonne, ou aux noëls des enfants proposés par des entreprises locales, comme les établissements Rousseau.

André Lavrat et André Gascoin sont aussi investis dans les Fêtes de l’Argonne pour lesquels ils créent un char « Argonne Circus ».

Fermer le menu