Le Gymnase Georges Landré est localisé au 5 rue de la Borde, à Orléans.

La décision de construire un nouveau gymnase dans le quartier de l’Argonne est prise à l’unanimité en Conseil Municipal du 27 mars 1975. Il s’agit d’opérations réalisées dans le cadre du VIIème plan (1976-1980) Le Conseil Municipal se prononce non seulement sur le projet mais aussi sur les terrains à acquérir (« au besoin par voie d’expropriation ») entre le Boulevard Marie Stuart et la rue de la Borde. Les propriétaires qui vendent leur terrain sont Mme Veuve Bourdin (384 m²) et M Paul Courte (1404 m²). Ce projet s’intègre dans une politique globale de réalisation de 12 gymnases (2 par an) qui doit s’échelonner de 1975 (Groupe Scolaire Romain Rolland et Complexe Sportif des Blossières) à 1980. La réalisation du complexe de l’Argonne est initialement (CM du 25 avril 1975) prévue en 1976. Pour la petite histoire, une piscine est évoquée également à l’Île Corse pour remplacer celle du Quai Fort Alleaume… et un camping à l’Île Charlemagne.

 

Le projet initial comprenait, outre le gymnase de Type C (40 m x 20 m), deux salles polyvalentes pouvant être transformées en une seule par une cloison mobile, une salle de danse, un logement de fonction, mais aussi une « petite piscine de quartier » (un bassin école de natation de 16.66 m x 8 m)… Il est équivalent dans son ambition au Complexe Sportif des Blossières.

Les coûts sont évalués à 1 200 000 Frs (300 000 de subventions d’Etat et 900 000 pris en charge par la Ville), puis 2 500 000 Frs puis à 3 600 000 Frs (le 30 octobre 1975), ce qui amène beaucoup de débats en Conseil Municipal. Le projet prend du retard, notamment du fait du non-versement de la subvention d’Etat (1978). En séance du Conseil Municipal du 27 avril 1979, on apprend que la construction du gymnase de l’Argonne est repoussée en 1980 et qu’à ce titre la somme de 600 000 Frs prévue pour le gymnase au titre de 1979 est affectée à un Dojo.

 

Jacques Douffiagues, Maire d’Orléans, pose finalement la première pierre du gymnase de la rue de la Borde le 18 septembre 1981. Ce n’est que lors de la séance du 26 septembre 1981 que le Conseil Municipal décide de le dénommer « Gymnase Georges Landré ».

Mais qui était Georges Landré ?

A noter que dans ce bulletin municipal de 1981, le terme « Argonautes » est déjà utilisé pour nommer les habitants du quartier !

Références :